Historique de la commune

 

LANOBRE : Une histoire, une légende…
 
Le blason 
Ce blason indique que Lanobre formait une seigneurie appartenant à la Maison de Bréon dont les armoiries sont « D’azur, semé de trèfles ou billette d’or, au lion de brochant ».
La mise en valeur de ce splendide blason fut développée par l’occupation romaine.
 
Evolution démographique 
1962 : 1486 habitants - 1968 : 1418 habitants – 1975 : 1468 habitants 
1982 : 1435 habitants - 1990 : 1473 habitants - 1999 : 1416 habitants – 
2006 : 1426 habitants

Au cœur de l’Artense et contrairement aux communes rurales de la région, notre commune a su maintenir sa population depuis des décennies. La population active est de 637 personnes et le taux de chômage dépasse 10 % avec 70 chômeurs. Le revenu moyen par ménage est de 14 150 €/an (chiffres statistiques).
 
Historique
Lanobre est très riche en histoire. L’origine du nom serait « Lac Noble » dû à de très jolis lacs suite aux abondants placages glaciaires. L’altitude varie de 430 à 896 m pour le point culminant. Sa superficie est de 4 216 ha. Cette région surnommée par les celtes « l’Artense » ou « pays des pierres » est habitée dès la préhistoire. Les hommes qui polissaient la pierre l’ont défrichée les premiers.   Le nom de « Lac Noble » serait devenu « La Nobre ». Son nom d’origine celtique « La Nobris » signifie « le port sur le plateau ». Il y a peut être un rapport avec cette définition et les nombreux lacs qui recouvraient la plupart de la superficie de notre commune. Les noms du village « Le Lac » et du « Lac Noir » au cœur de la forêt de Gravières tendraient à le prouver. 
 
  Lanobre aurait été habité dès l’âge de la pierre polie, c’est-à-dire 5 000 ans environ avant notre ère. Des vestiges préhistoriques et gallo-romains, découverts au début du XIXème siècle au « Lac de Bramefont », démontreraient l’ancienneté de l’occupation du sol. Cette localité aurait été édifiée sur la vieille piste préhistorique utilisée par les celtes et les Gallo-romains qui, venant de l’oppidum de Gergovia, se dirigeaient vers le pays Mauriacois en passant par les plaines de « Veillas » et Lanobre. 
 
  Des pilotis auraient pu se trouver au Lac de Bramefont dans les plaines de Veillac. Bramefont : déformation occitane qui signifierait « brâme-faim ». Ce lac aurait eu la particularité de changer de niveau suivant les années. Le lac était réputé prophétique : lorsqu’il débordait, il indiquait famine ou guerre dans l’année (année de malheur).

  Ce n’est qu’en 1792 que la commune de « Lanobre » fut créée puis rattachée au département du Cantal.
 
… L’avenir est fait de passé, de présent tout autant que de futur…
 
Textes inspirés de Lanobre « Un guide une histoire » Editions Gerbert.
 

 

A l'affiche

le 29/10/2017

THE DANSANT